Avertir le modérateur

08/10/2008

La terrifiante histoire des objets

 

url.jpgJ'ai découvert récemment un petit bijou sur le net. The story of stuff (soit "l'histoire des trucs") est l'oeuvre d'Annie Leonard, une Américaine spécialiste des questions environnementales. Dans ce petit film d'une vingtaine de minutes elle nous explique, comme le titre l'indique, la vie d'un objet d'usage quotidien, de sa création (extraction) à sa fin (destruction). Avec un message à retenir : on consomme trop, beaucoup trop! La fabrication de tous ces biens de consommation épuise les matières premières mais aussi les gens et pollue tout le système de production. C'est ludique, pédagogique, clair, ça fait réfléchir, que demander de plus?

Partie 1 :

 

Partie 2 :


 

26/08/2008

Le marketing, ennemi numéro un de l'écologie?

L'exemple type du produit marketing qui nuit à l'environnement, c'est ça :

793651302.jpg

Nespresso, Tassimo, Lavazza, ces marques aux consonances italiennes ont fait leur nid dans nos cuisines. Les cafetières nouvelle génération semblent, à première vue, avoir tous les avantages de la modernité : design, qualité, rapidité, simplicité... Aujourd'hui quand on n'a pas de cafetière à dosette, il faut bien le dire, on passe un peu pour un ringard. Pourtant, ces machines affamées de capsules multicolores sont désastreuses pour l'environnement.

Les dosettes produisent 10 fois plus de déchets que les paquets de café traditionnels. Normal, un café = une capsule, chaqu1047975103.jpge type de café étant différencié par une couleur. Prenons Nespresso par exemple. What else? demande George Clooney. Et bien, les dosettes sont en alu, donc normalement, recyclables. Mais concrètement, ces petites capsules finissent noyées dans nos ordures puisqu'on ne peut pas les jeter dans les bacs de tri sélectif. Elles peuvent être recyclées mais ne le sont pas, voilà le paradoxe. La marque affirme être respectueuse de l'environnement et reporte la faute sur la France, et la mauvaise organisation du recyclage des déchets.

L'invention de la cafetière - pas trop chère - qui n'accepte qu'un type de dosette - excessivement chères! - a été une telle idée de génie, qu'il est trop tard pour reculer. C'est cher, mais c'est in. Ca pollue mais c'est joli et pratique. C‡a séduit les bobos, et les autres... Un petit sondage autour de moi m'indique que... Nous sommes envahis!

Les solutions? Développer une filière de recyclage des capsules. Pour signer la pétition, c'est ici1288251250.jpg

Recharger ses capsules. Un peu compliqué mais faisable! Il existe des kits pour remplir les capsules usagées. Par exemple ici

Sinon la meilleure solution pour lier qualité du café ET respect de l'environnement, ça reste quand même la bonne vieille cafetière italienne...

Et pour ceux qui ne sont toujours pas convaincus :

21/08/2008

Connaissez-vous les chansons écolos?

 

657441328.JPGIls sont nombreux à célébrer la nature en chansons. Faux-semblant ou véritable intérêt écologique, difficile de trancher. Connaissez-vous quelques-uns de ces chanteurs? Voici une liste non-exhaustive sous forme de quizz... Amusez-vous!

 

Réponses en bas de page...

Lire la suite

30/07/2008

La boîte de nuit verte, c'est pour bientôt!

Danser toute la nuit sur un dancefloor coloré ça pompe de l'énergie. Et pas seulement la notre. Un club utilise en moyenne 500 kilowatts heure en un an soit 150 fois plus que la consommation d'une famille de quatre personnes. C'est là qu'intervient le "Sustainable dance floor". De petites dynamos alimentent la piste de danse. Astucieux non?

Même Yann Arthus Bertrand a esquissé quelques pas sur ce dancefloor nouvelle génération. Mais au niveau de la fluidité du mouvement, y a encore du boulot!

21/07/2008

Divorcer nuit à l'environnement!

487644964.jpg

Il paraît qu'un mariage sur deux finit par un divorce... A croire que c'est "in" de divorcer. Et comme l'écologie est aussi à la mode, des chercheurs américains de l'université du Michigan ont eu l'idée d'étudier comment, aux États-Unis, l'un pouvait affecter l'autre.

Et la conclusion est sans appel : "Plus de 73 milliards de kilowatts/h d'électricité et 2373 milliards de litres d'eau auraient pu être économisés" en 2005. Selon l'étude, "le divorce provoque généralement le déménagement d'un des ex-époux et la création d'un nouveau foyer, d'où une augmentation des terrains et des équipements dédiés à l'habitation". Cette même année, les ménages de divorcés américains ont dépensé 56% d'électricité et d'eau en plus par personne que chez les couples mariés, et utilisé 61% de plus de ressources énergétiques qu'avant leur séparation. Construction d'un nouveau logement, consommation d'eau, chauffage, le nouveau foyer entraîne des dépenses énergétiques supplémentaires.

"En raison d'une plus grande consommation par personne, une personne dans un ménage de divorcés est supposée également générer plus de déchets (solides, liquides et gazeux, comme les gaz à effet de serre) qui contribuent aux transformations de l'environnement mondial, comme le changement climatique et la perte de la biodiversité", ajoute l'étude qui a porté sur 3283 foyers américains entre 2001 et 2005.

Comment expliquer cela? Toujours selon ces chercheurs, le nombre moyen de personnes dans le foyer d'une personne divorcée est de 40 à 50% inférieur à celui du foyer d'une personne mariée alors que la quantité d'énergie nécessaire pour les chauffer est sensiblement la même. Intéressant. Mais la consommation d'un divorcé est-elle nécessairement plus élevée que celle d'un célibataire? En gros, le message écologique n'est pas tant "ne divorcez pas" que "mariez-vous" parce qu'à deux on consomme moins!

Du point de vue des chercheurs, la solution semble donc simple : il faut rester marié pour le meilleur, pour le pire et surtout... pour la planète.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu